Vroum, vroum, vroum…
Yeux écarquillés, une poignée d’épicuriens curieux en culottes courtes regardent s’avancer un Pick-up Chevrolet chocolat-cappuccino tout droit sorti d’un film 1950…
Objet de désir, transport des sens, sous les mains d’un carrossier de Menton, la belle mécanique rénovée a planté ses arrières de six fauteuils en cuir havane.
Et, oh surprise, leurs accoudoirs dégainent d’un clic flûtes de cristal, plateaux d’amuse-bouches et autres astuces de gourmets bien planquées !

Malles d’osier à vos pieds, plaids empilés, chauffeur rôdé, en route pour un coin caché. Sous les chênes blancs, une table en bois dressée promet une paresseuse journée.

Nouveau spot en vogue sorti d’un esprit branché ?
Pas vraiment, plutôt Art du déjeuner en liberté, revu et corrigé par Alain Ducasse, aubergiste moderne s’il en est.
En ses terres de Moustiers-Sainte-Marie, dans cette bastide qu’il ouvrit en 1994, le chef starisé se joue avec tact et discrétion des régles amidonnées de la gastronomie, ne reniant en rien l’élégance d’un certain art de vivre.
Déjà pionnier des paniers pique-nique pas improvisés, il met en boîtes la Méditerranée avec le chef Christophe Martin, chaudement débarqué de l’Andanna, son fief toscan.
Piochant ça et là au potager les prémisses d’une cuisine de saison, le chef empile dans ses malles d’été focaccia aux tomates et chèvre, aubergines farcies aux anchois, aïoli froid, soupe de pain à la tomate, légumes croquants à tremper dans purée d’olives ou fruits rouges à croquer sur sablé.

Rien de guindé, pas de serveur apprêté, le chauffeur se retire, à nous la liberté !

Une version moderne du service qui se déguste tous les sens en éveil, à deux et jusqu’à six, pour 190 € par personne (hors-boissons, à sélectionner avec le sommelier).

Infos : La Bastide de Moustiers, chemin de Quinson, 04360 Moustiers-Sainte-Marie, 04 92 70 47 47.
www.bastide-moustiers.com <http://www.bastide-moustiers.com>
Pique-nique vintage en Chevrolet sur réservation, de mi-avril à mi-septembre.

Allez, on se met l’eau à la bouche avec la recette de la soupe de pain à la tomate, plat paysan aux accents toscans à adopter pour la saison :

Pour 4 personnes : 16 tomates cœur de bœuf, 400 gr de pain rassis, 2 cuillères à soupe de vinaigre de vin rouge, 4 branches de basilic, 2 oignons blancs, 4 gousses d’ail. Pistou : 30 gr de pignons, 2 gousses d’ail confit, feuilles du basilic. 2 tomates cerise, huile d’olive, sel, poivre.

Pour la soupe : Monder les tomates. Récupérer les intérieurs, filtrer ce jus. Réserver. Tailler la chair en cubes. Réserver. Couper le pain en gros dés et mettre dans une jatte. Mouiller avec le jus et le vinaigre. Laisser gonfler. Laver, sécher le basilic. Séparer feuilles et tiges. Réserver les feuilles. Faire un bouquet avec les tiges. Peler et ciseler les oignons.
Dans un sautoir, avec un filet d’huile, les faire suer avec le bouquet de basilic et les gousses d’ail émincées pendant 5 mn, sans les colorer. Ajouter les tomates. Suer encore 10 mn en remuant de temps en temps. Saler. Ajouter le pain. Cuire la soupe au four à 160 °C, ou sur le coin de la plaque du fourneau pendant 45 mn . Bien écraser le tout, mélanger.
Pour le pistou : Torréfier les pignons dans une poêle à sec. Les piler avec les gousses d’ail confit. Ajouter les feuilles de basilic (en réserver quelques-unes pour la finition). Piler encore. Monter le pistou avec 5 cl d’huile d’olive. Saler, poivrer. Dresser la soupe avec le pistou, des feuilles de basilic et les tomates cerise.

By Julie Chanut – Juillet 2012